L’ESSENTIEL
DU FOISONNEMENT DES IDÉES À L’ESQUISSE DU PROJET

Après le remue-méninge des deux précédents rendez-vous, est venu le temps de la structuration du projet métropolitain. Au programme de cet atelier « Convergence », une synthèse des contenus construits lors des deux ateliers du printemps et les prémices du récit métropolitain.

Une soixantaine d’élus et de représentants de la société civile s’étaient donnés rendez-vous le 29 novembre sur le campus de l’innovation de « thecamp », tout juste inauguré à Aix-en-Provence. Avec pour objectif de capitaliser sur les propositions établies précédemment et faire converger élus et conseil de développement sur une trame de projet métropolitain partagée.

Prospective
Lors d’une séquence prospective, les participants ont pu échanger avec deux experts depuis Paris et Bruxelles. Christian Saint-Étienne, Président de l’institut France Stratégie, titulaire de la chaire de l’économie au Conservatoire national des arts et métiers a évoqué les impacts économiques, sociaux et culturels de la révolution numérique, la redistribution des cartes en faveur de la Chine et des USA. « La métropole a les capacités de devenir la capitale intellectuelle, économique du bassin méditerranéen », « plus votre projet sera ambitieux, plus il sera facile à financer » a-t-il souligné. Pablo Servigne, chercheur indépendant, agronome et biologiste, a évoqué pour sa part les opportunités que représentent les « tempêtes à venir » (réchauffement climatique, migrations…) pour fédérer les énergies et « recréer du sens ». Il a invité l’assistance à « oser l’audace » et à « s’appuyer sur l’interdisciplinarité et les coopérations entre villes ». (Télécharger leurs interventions).

Une séquence « on rembobine » a ensuite rappelé les « sept paradoxes métropolitains » et les valeurs fondatrices du projet définies lors des ateliers précédents. Cinq valeurs -  Authenticité, Innovation, Ouverture, Solidarité, Responsabilité – conjointement définies par élus et membres de Conseil de développement et illustrées par des photomontages mettant en valeur les atouts du territoire (Découvrir les illustrations).

À l’occasion des ateliers « Orientations » du mois de mai, élus et conseil de développement avaient phosphoré, séparément, sur les grands objectifs et projets prioritaires pour Aix-Marseille-Provence. De cette abondante production, se dégageait une exigence, unanimement partagée, celle de placer l’humain au centre du projet métropolitain. C’est pour respecter cette exigence, que la proposition de synthèse des 56 objectifs et 198 projets précédemment formulés s’articule autour de quatre « vivre » et douze « engagements » (voir ci-après) que les participants ont été invités à « liker » au moyen d'un dispositif interactif.

Six récits du futur idéal
Après cette première phase de capitalisation et d’appropriation, les participants ont travaillé en ateliers pour imaginer un récit métropolitain. Invités à revisiter un texte de Victor Hugo, les six groupes de participants ont formulé autant de récits pour imaginer la métropole idéale à 30 ans, à découvrir ici. Des productions qui placent la Méditerranée et l’innovation au cœur de la transformation de la métropole.

En conclusion de l’atelier, Michel Roux a annoncé « une délibération du Conseil de la Métropole au printemps 2018 », les six mois à venir étant consacrés à la démultiplication des échanges autour du projet métropolitain au-delà des participants de La Fabrique pour mobiliser largement, élus, partenaires et financeurs. L’année 2018 devra également permettre d’engager une démarche prospective mais aussi un travail sur le volet territorial et les sites à enjeux, de quoi garder les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

QUATRE AXES
UNE PREMIÈRE ESQUISSE D'ENGAGEMENTS POUR LE PROJET MÉTROPOLITAIN



Vivre mieux, vivre ensemble, vivre monde et art de vivre : l’humain au cœur de la démarche.© La fabrique du projet

Des ateliers « Orientations » ont émergé quatre grandes ambitions, étroitement adossées aux valeurs de la Métropole : l’amélioration de la qualité de vie, la valorisation des ressources et du patrimoine local, le renforcement de la cohésion sociale et territoriale et le développement de l’attractivité nationale et internationale.
Pour communiquer sur ces ambitions et faciliter leur appropriation par le plus grand nombre, il a été proposé de les formuler en quatre « Vivre », véritables piliers du projet métropolitain. Le verbe, très présent dans les productions des précédents ateliers, place clairement l’humain au centre de l’ambition métropolitaine :
  • Vivre monde : une métropole méditerranéenne connectée au monde qui attire les entreprises, valorise l’innovation et les talents,
  • L’Art de vivre : une métropole fière de son patrimoine naturel et maritime qui fait de la convivialité une marque de fabrique,
  • Vivre-ensemble : une métropole des proximités, attentive aux aspirations et au bien-être de ses concitoyens,
  • Vivre mieux : une métropole qui fait de la qualité de vie et de la maîtrise de son empreinte écologique l’enjeu de sa transformation.



Ces « Vivre » se déclinent en 12 « Engagements », 12 politiques publiques opérationnelles traduction de la ligne conductrice et des priorités du projet de la Métropole. Ces engagements reprennent l’essence des propositions faites par les participants à l’occasion des ateliers « Orientations ». Mais comme l’a rappelé le directeur général des services, Jean Claude Gondard, les engagements s’inscrivent aussi dans la droite ligne du « futur engagé », c’est-à-dire de l’ensemble des plans, projets, initiatives et coopérations initiées par la Métropole depuis sa création :
  • Modernisation de la gare Saint Charles, Label French Tech, schéma directeur numérique, mission économique à Miami…
  • Labellisation des grands sites, événement « Quel amour… », préparation des J.O. 2024…
  • Charte de participation citoyenne, programme de renouvellement urbain…
  • Agenda mobilité, moratoire sur les zones commerciales, plan alimentaire, quartiers durables etc.

Ce « futur engagé » et, au-delà, la mise en œuvre des pistes de projet formulées dans le cadre de La Fabrique, pourrait offrir un quotidien radicalement différents aux habitants d’Aix-Marseille-Provence. Pour l’illustrer et dans le prolongement des premiers ateliers, les huit profils de « citoyens-usagers » utilisés lors des premiers ateliers, ont ici été projetés dans une « métropole idéale » à l’aide de témoignages audio diffusés aux participants. (à découvrir ci-après).

Téléchargez le détail des engagements


ATELIERS
UN RÉCIT POUR MAGNIFIER LE PROJET MÉTROPOLITAIN



S’inspirant d’un extrait du « guide de visite de l’exposition universelle de 1867 » signé Victor Hugo, les participants ont co-rédigé leur vision de la métropole à trente ans.

Comment rendre attractif le projet métropolitain ? Quel futur désirable pour Aix-Marseille-Métropole à horizon de 30 ans ? Quelle image du territoire souhaite-t-on voir émerger ? Telles étaient les questions que les six équipes ont débattu au cours de la dernière séquence de l’atelier. L’objectif fixé aux participants était de produire un texte commun s’inspirant d’un texte signé Victor Hugo de 1869 autour de l’exposition universelle de Paris (1867).

Dans les plagiats, disponibles ici en intégralité, la valorisation du positionnement géographique d’Aix-Marseille-Provence tient une place prépondérante. « Phare de la Méditerranée » pour les uns, elle sera la « capitale intellectuelle et économique du bassin méditerranéen » et « porte sud de l’Europe » ou encore « tête de pont d’un nouveau modèle de coopération méditerranéen » pour les autres.

Une notoriété internationale qui s’appuiera sur la « marque Provence », « ses paysages remarquables », « son parc aquatique littoral », mais qui sera aussi le fruit, à l’image de ses habitants, d’une métropole « accueillante, bienveillante, fertile et cultivée ». Elle sera devenue « un modèle de civilisation, fruit de la culture méditerranéenne et du monde globalisé ».

Grâce à l’innovation, la métropole de 2047 aura réussi à surmonter ses handicaps pour les transformer en opportunités. Devenue « ville-paysage », elle accueillera « des industries innovantes, des intelligences nouvelles, des brassages inédits », pourra s’appuyer sur une « transition écologique réussie et partagée, des mobilités décuplées et innovantes et de nouvelles formes d’habitat ».
AMP 2047
UNE MÉTROPOLE MÉTAMORPHOSÉE D’ICI 30 ANS !
Et dans la vraie vie, qu’est que ça change une métropole ? Sa transformation racontée par les habitants fictifs créés par la Fabrique, projetés en 2047.

Lors des premiers ateliers, la Fabrique avait convoqué Jean-Stéphane, Sophie, Nicols, Laurence, Carlos, Sarah, Huguette et Malika, personnages fictifs créés pour incarner les grands enjeux métropolitains et aider à réfléchir sur l’identité métropolitaine. Pour l’atelier « Convergence », ils ont été à nouveau sollicités pour décrire leur quotidien en 2047, dans une métropole où l’ensemble des douze engagements énoncés en première partie d’atelier serait à l’œuvre. A écouter ci-dessous.

DIAPORAMA
L'ATELIER CONVERGENCE EN IMAGES
INTERACTIVITÉ
DES ENGAGEMENTS « LIKÉS » EN LIVE PAR LES PARTICIPANTS

Pendant l’atelier, les participants ont eu la possibilité de noter les « engagements » via un outil numérique interactif. Chaque engagement pouvait être noté de 1 à 5 étoiles. Globalement la moyenne est très élevée avec une note de 3,9 sur 5. Aucun des 12 engagements n’a obtenu de note moyenne inférieure à 3,5, témoignant d’une adhésion globale aux engagements, sans réelle hiérarchie entre eux. Les trois engagements les mieux notés portent, dans l’ordre, sur le développement d’alternatives à la voiture en solo, l’anticipation du changement climatique et le développement des filières économiques.
Contenu édité par la Direction générale adjointe « Projet métropolitain et Conseil de développement » de la Métropole Aix-Marseille-Provence (AMP), avec le concours de la Direction de la communication, des agences d'urbanisme AUPA-AGAM et de thecamp. Responsable de la publication : Jean-Claude Gondard, Métropole AMP Coordination technique : Cindy Guilleux-Conessa, sous la direction de Vincent Fouchier, Métropole AMP
Création, réalisation : Olivier Devillers et Corinne Chauffrut Werner, thecamp
Edition : Isabelle Collet, AGAM.
Crédits photos : AGAM, Pierre-Alain Leboucher